La Casamance, une des régions naturelle du Sénégal a été depuis décembre 1982 secouée par un conflit armé entre l’Etat Sénégalais et le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance.

En Août 1997, trois événements majeurs ont retenu l’attention des femmes à savoir :

  • Les 25 militaires d’un corps d’élites, constitué essentiellement d’officiers, furent tués par les combattants du MFDC, dans une embuscade à Mandina Mancagne,
  • Les complaintes d’une femme de Bafican (arrondissement de Nyassia) convaincue que son fils militaire a été tué par son frère combattant du MFDC, 
  • Le décès de l’épouse d’une des victimes de Mandina Mancagne qui venait d’enregistrer son deuxième veuvage après Babonda.

Ces faits marquants ont ému et interpellé les consciences de femmes sensibles à leur environnement social, politique, économique et culturel.

En Mars 1998, le Forum du CONGAD sur la paix a été le déclic pour la société civile.
C’est ainsi que des femmes intellectuelles engagées, mues par un même idéal de justice sociale et d’équité de genre, ont créé le groupe de réflexion sur le Rôle et la Place des femmes dans le conflit.

En Novembre 1998 ce groupe de réflexion a produit, grâce à l’appui du CONGAD, un document de recherche action intitulé « Femmes et Résolution des conflits en Casamance ».L’objectif recherché était de réaliser une enquête sur les femmes et le conflit, dont les résultats serviront de base pour l’exposition « Photo et Paroles de Femmes » concomitamment à un Forum sur « Le Rôle et la Place des Femmes dans la Construction de la Paix en Casamance ».

Après ce travail, le Groupe de Réflexion qui avait été constitué s’est adjoint des personnes ressources, les conclusions finales de la réflexion ont été de commencer par un Forum qui regrouperait toutes les femmes sans exclusion.

Les contacts ont alors démarré avec les organisations de femmes modernes comme traditionnelles.

Après les contacts, le groupe s’est rapproché de la Fondation Fridrich Ebert qui a accepté de relever le défi en appuyant l’organisation du Forum des Femmes pour la Paix en Casamance. Ce forum fut tenu les 26 et 27 novembre 1999 à l'alliance franco sénégalaise.

La principale recommandation du Forum était la mise sur pied d’un Comité Régional de Solidarité des Femmes pour la Paix en Casamance (CRSFPC) USOFORAL qui signifie « donnons- nous la main ». 

A la veille des négociations entre le MFDC et l’État du Sénégal à Banjul décembre1999, le CRSFPC/USOFORAL a été formellement mis en place avec une forte représentation de diverses organisations de femmes (FAFS, GPF, Femmes des Dahira, des BUSANA de Ziguinchor-Oussouye et Bignona) et les responsables du développement Communautaire. Ce comité a participé aux négociations de Banjul II et a fait entendre le cri du cœur des femmes mères, sœurs et épouses regroupées dans le comité, grâce à l’appui du PAARZ (Projet d'Appui et d'Aménagement de la Région de Ziguinchor). 

Depuis 2003, nous sommes intervenus dans la Communauté rurale d’Enampore qui fut notre première zone test d’intervention et au fur et à mesure nous avons élargi notre champ d’intervention.